PESSA'H

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Pessah' - "retour sur le futur" par le Rabbin Betzalel LEVY

 

Pessah', la Pâque juive, est toujours mise en relation et à juste titre, avec l'affranchissement du peuple hébreu de l'esclavage en Egypte.

 

Les célébrations du calendrier juif ne sont toutefois pas uniquement des rendez-vous avec l'histoire passée de ce peuple, mais elles sont surtout des moments de réflexion afin de mieux vivre notre avenir. Autrement dit, il s'agit de la gestion de la mémoire ou encore du combat contre l'oubli.

 

Cet exercice n'est pas simple pour l'Homme, car personne n'aime se rappeler des périodes douloureuses de sa vie. Pourtant, il faut le faire. Pareille attitude nous maintient à un niveau d'humilité tel que l'Homme hésitera encore plus avant de dépasser certaines limites. C'est une barrière de sécurité supplémentaire qui n'est pas anodine.

 

L'oubli de l'autre, c'est la mort du futur qui ne laisse pas d'espoir à celui que l'on a ignoré et auquel on a été indifférent. Par quel biais peut-on donc parvenir à conserver vivante et, autant que possible, intégrale notre mémoire.

 

La Thora propose de développer une autre vertu édifiante chez l'Homme ; il s'agit de la reconnaissance. Alors que la vocation de la Thora est d'orienter, de montrer la voie, d'enseigner et d'ordonner, comme le sens même du mot le laisse entendre, puisqu'il veut dire Loi, on constate qu'un cinquième du Pentateuque, ne contient quasiment pas de commandement. De surcroît, il s'agit du premier livre, celui de la Genèse.

 

Un des célèbres Maîtres de la Kabbale, Rabbi Haïm Vital (1542-1620), a surnomm ce livre Séfer hayachar, le livre de la droiture, car on y retrouve de nombreux évènements illustrant le comportement droit qu'un Homme adopter.

 

Parmi les faits marquants et un peu oubliés, citons Abraham qui protège son neveu Loth et fait tout ce qu'il peut pour qu'il soit épargné, lors de la destruction de Sodome et Gomorrhe. En effet, Loth n'avait pas dévoilé que Sarah  était la femme d'Abraham lorsque celui-ci la présentait comme sa soeur, ce qui lui valut cette reconnaissance du Patriarche.

 

Certaines leçons de ces faits historiques seront mises en application aussitôt dans le livre de l'Exode, notamment, lorsque Dieu demande à Moïse de transformer les eaux d'Egypte en sang.

 

La reconnaissance et le "merci", sont des ingrédients essentiels et indispensables de la vie en société, pourtant l'Homme tente par tous les moyens d'en réduire la nécessité. Pourquoi?

 

En fait, en disant à mon semblable que je lui suis reconnaissant, cela signifie que je ne disposais pas de la ressource pour arriver à me débrouiller seul, alors je me montre affaibli, diminué et manquant. L'Homme essaie donc de s'affranchir de cette pratique. Quelquefois on inverse les rôles et de bénéficiaire d'un bienfait, on devient celui pour qui il était normal de faire le bien; donc point de merci.

 

On glisse encore un peu dans cette logique et très vite, le Créateur me doit ! Pour palier à ce crime de lèse majesté, le premier des dix commandements nous prouve combien reconnaître l'existence de Dieu seulement, ne constitue pas une garantie dans la foi d'un Homme en son Créatuer. Pourtant le verset semble si simple : "Je suis l'Eternel ton Dieu, qui t'ai fait sortir d'Egypte..." Quel est le lien entre ces deux propositions?

 

Reconnaître l'existence et l'appartenance au peuple de Dieu, c'est reconnaître d'abord qu'Il nous a libérés d'une terre d'esclavage, qu'il nous a fait du bien. La réciproque est cruellement vraie, renier ce bien c'est renier Dieu.

 

Le soir de Pâque, appelé aussi "séder" qui veut dire "ordre" , car on réorganise certaines notions bouleversées par l'homme ; ce soir là donc, il nous est recommandé de rappeler et de commenter les évènements qui se sont produits lors de la sortie d'Egypte et qui ont conduit le peuple au pied du mont Sinaï : "quiconque raconte et enseigne à ses enfants cette histoire, est digne de louanges".

 

Rappeler et remercier un bienfaiteur, c'est se protéger de l'orgueil, cette plaie qui ravage l'Homme et plus encore le monde. Là encore les dix commandements nous dévoilent un enseignement fondamental : les dix commandements sont placés sur deux tables, cinq de chaque côté. Si l'on observe mieux leur agencement, on se rend compte que les cinq premières paroles concernent les lois de l'Homme envers son Créateur et les cinq autres, celles de l'Homme envers son prochain.

 

Sauf que le cinquième commandement est : "tu honoreras ton père et ta mère..." Il concerne les hommes entre eux et par conséquent, que fait-il dans la première colonne?

 

Là encore, il s'agit d'accepter d'être soumis à l'autorité de" ses parents pour que nous reconnaissions celle du Créateur. Nous parlerons d'une relation à la fois verticale et horizontale qui retient l'homme d'abus de tous ordres.

 

La Thora ne suffit pas à être lue, elle doit aussi être enseignée et surtout vécue.

 

 

 

 

 

Lu 1189 fois
Plus dans cette catégorie : « Pourim Yom Yerouchalaim »
Connectez-vous pour commenter

Cliquez sur l'icône du Réseau Social avec lequel vous désirez vous connecter.

1.png4.png3.png9.png0.png6.png
Aujourd'hui89
Hier91
Cette semaine428
Ce mois1987
Total143906

Merci pour vos dons

: