Mitsva de Roch Hodesh

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La Mitsva d'honorer Rosh Hodesh

Cette Mitsva est, pour le peuple d'Israël, la première des mitsvot de la Torah, ainsi que cela apparaît, à propos du mois de Nissan (Shemot, XII, 2) : "Ce mois représente pour vous le premier des mois de l’année".

 

Ce que Rashi commente comme suit :

"Il lui montra la lune dans son renouveau et lui dit : lorsque la lune se renouvellera, ce sera pour toi le début du mois", signifiant qu'à propos de Nissan il lui dit : "ce sera le premier dans le décompte des mois (de l'année) : qu'Iyar soit appelé deuxième, et Sivan le troisième".

 

André Joseph Seban

Evènement à "Ohel Emmanuel"

La Maison d'Etude "Ohel Emmanuel" vous donne rendez-vous une fois par mois pour honorer ensemble la Néoménie.

Dans une ambiance agréable et conviviale nos intervenants vous transmettrons des enseignements précieux sur Roch Hodech Koddech.

Pour obtenir plus d'informations et réserver votre place pour Roch Hodech "ELLOUL" contacter nous au 09 773 40 27

Roch Hodech Koddech - Néoménie

Le caractère de fête de la Néoménie apparait en plusieurs endroits de la littérature sacrée :

  • Dans le Livre Bamidbar (X, 10) elle est mise en parallèle avec les Fêtes "Et au jour de votre allégresse, lors de vos Solennités et de vos Néoménies vous sonnerez des trompettes en accompagnement de vos Holocaustes et Sacrifices Rémunératoires, et elles seront a votre égard un rappel devant l'Eternel votre D…, Je Suis l'Eternel votre D…".
     
  • Dans Isaïe (66, 23) Rosh Hodesh est rapproche de Shabbat : "Et il adviendra lors de chaque Néoménie, et de chaque Shabbat, que toute chair viendra se prosterner devant Moi Dit l'Eternel".
     
  • Dans les Chroniques (B, II:3) le roi Salomon déclaré : "Voici, je vais construire une Maison au Nom de l'Eternel mon D…ou Il sera Sanctifie, et ou l'on fera fumer devant Lui l'encens aromatique, exposera les pains de proposition permanents, offrira les holocaustes des matins et des soirs, des Shabbatot, des Néoménies et des Solennités de l'Eternel notre D… comme cela cela est prescrit a Israël a jamais".

 

Nos Sages Z"L, allèrent encore plus loin, en décrétant que Rosh Hodesh s'appelait Solennité (Shavouoth A). Psikta (Shabbat et Rosh Hodesh, 1) continue en disant que Rosh Hodesh est équivalent aux Solennités et aux Shabbatot).

 

Concrètement, plusieurs régulations (halahot) font ressortir la signification de Rosh Hodesh : Il est écrit (Mishna Beroura) que la personne s'occasionnant des dépenses à Rosh Hodesh est digne d'éloges ; et dans le Psikta que les revenus de l'homme sont fixes au ciel, indépendamment des Shabbatot, des Fêtes et des Néoménies.

 

A l'époque du Beit HaMikdash, le jour de Rosh Hodesh conférait même le droit d'enfreindre certains interdits de Shabbat : ainsi, les observateurs du renouveau de la lune pouvaient se déplacer jusqu'a Jérusalem, pour transmettre la Nouvelle au Sanhedrin, et permettre à celui-ci d'annoncer l' "arrivée" du nouveau mois (Mishnat Rosh Hodesh, 1:4).

Mais l'importance majeure de Rosh Hodesh est peut-être le mieux exprimée dans le premier commentaire de Rashi de la Tora : "Rav Ishak déclare : La Tora n'aurait du commencer autrement que par le verset: « Ce mois-ci sera pour vous la "tète" (le premier) des mois »; d'où la Mitsva de sanctifier la lune.

 

Concrètement, à l'époque où le Temple fonctionnait, les jours de Rosh Hodesh étaient des jours privilégiés.

Au plan spirituel ils étaient annoncés de façon solennelle par le Président et les membres du Beth Din (Mishnath Rosh HaShana, 3:1), puis suivis de l'apport des sacrifices au Temple, accompagnés de chants des Leviim, et des sonneries de Shofar, conformément aux prescriptions de la Torah. Sur le plan public le Roi organisait un repas de fête (Samuel, A, XX, 5).

 

Ces cérémonies mettaient en relief, aux échelons les plus élevés de la société, l'importance accordée à Rosh Hodesh. Car cette célébration consacrait, en plus de son pouvoir purificateur au plan spirituel, le pouvoir temporel, attribue a Israël d'imprimer son sceau sur le Temps, en désignant le début de chaque mois, et en fixant ainsi son calendrier.

 

Il n'est donc pas étonnant que les ennemis d'Israël dans leur lutte contre les emblèmes du judaïsme interdirent, entre autres, les célébrations de Rosh Hodesh, ainsi que cela est dit dans la "Meguila d'Antiochus" : « Et alors il (le roi Antiochus) dit a ses ministres : "Allons surmontons-les, et supprimons l'Alliance que leur D… contracta avec eux : Shabbat, Rosh Hodesh et Brit Mila". Et ces paroles plurent parmi les ministres et aux yeux de son armée... ».

 

Il apparait donc que Rosh Hodesh ne représentait pas seulement aux yeux de ces païens un symbole spirituel du Judaïsme, égal en importance au Shabbat et à la Brit Mila, mais encore l'expression de la Souveraineté d'Israël sur le Temps, par le biais du Temple et de la Royauté.

 

Et pourtant, avec la Destruction du Temple et l'impact des siècles écoulés, le faste et les cérémonies consacrés à ce jour ont été réduits à leur plus simple expression.

Heureusement, les Etincelles de Rosh Hodesh réussirent à passer, au delà du Temple détruit, vers le peuple d'Israël. Nos Sages les recueillirent, les compilèrent et nous permirent d'en transmettre, jusqu'à ce jour, la Sainteté, à travers les lectures du Hallel, Ya'ale ve-Yavo, des 15 versets relatifs de la Tora (Bamidbar, XXVIII), du Moussaf, des ajouts du Bircat Hamazon, et dans le monde Séfarade et Oriental du Psaume Bar'hi Nafshi.

 

Ces Eléments, telle une semence, telle une graine, replantées dans le cœur de chacun des Enfants d'Israël, sur leur terre retrouvée, Eretz Israël, ne manqueront de refleurir et d'apporter, avec l'Aide de D…, en leur temps, parmi leurs fruits, le troisième Temple, dont Rosh Hodesh Koddesh représente l'un des Bourgeons.

 

André Joseph Seban

 

Lu 1587 fois
Connectez-vous pour commenter

Cliquez sur l'icône du Réseau Social avec lequel vous désirez vous connecter.

1.png4.png3.png9.png0.png6.png
Aujourd'hui89
Hier91
Cette semaine428
Ce mois1987
Total143906

Merci pour vos dons

: