SUJET : PEQOUDE - "Etre quitte envers les hommes" par le Rabbin Claude ROSENFELD

PEQOUDE - "Etre quitte envers les hommes" par le Rabbin Claude ROSENFELD 7 ans 6 mois ago #59

  • dvar613
  • Portrait de dvar613
  • Offline
  • Administrateur
  • Messages : 46
  • Karma: 0
De la montagne de Dieu, Moïse avait rapporté à son peuple les deux Table de la Loi, gage de l'alliance avec l'Eternel. Il avait dû les sculpter lui-même, ayant brisé les premières, oeuvre de la main divine. Ces Tables constituaient ce qu'Israël possédait de plus sacré et pour les loger, on construisit le sanctuaire du désert dont la partie la plus sainte leur fut réservée. Comme pour expier la faute du veau d'or, Israël s'empressa d'apporter tout son or et tous ses objets précieux pour faire du Tabernacle un chef-d'oeuvre, une merveille.

Les premiers artistes se mettent à l'oeuvre. Le plus doué et le plus habile de tous ces artisans, le plus adroit dans la broderie d'étoffes d'azur, de pourpre, d'écarlate et de lin fin était le jeune Betsalel, petit-fils de Myriam. C'est à lui que Moïse, sur l'ordre de Dieu, confia la direction de la construction du Sanctuaire. Comme premier assistant, Betsalel choisit Aholiav, doté lui aussi de l'inspiration divine pour donner au Sanctuaire un éclat et une splendeur incomparable.

De tous les ateliers, montait le bruit des métaux, des multiples travaux de tissage, de broderie, de sculpture sur bois, etc.. Betsalel, grand architecte de l'ensemble, maître de tous les artisans, discutait sous sa tente avec ses assistants et maître artisans comme lui. Ce n'était pas sans raison d'ailleurs qu'il s'appelait Betsalel, c'est-à-dire "dans l'ombre de Dieu" car l'ombre de l'Eternel était sur lui et le remplissait de la grâce divine.

Betsalel travaillait en rapport constant avec Moïse. Celui-ci lui décrivait la vision qu'il avait eue de chaque instrument sacré tel qu'il lui était apparu sur le mont Sinaï. La tradition affirme que Betsalel donna aux chérubins le visage de deux jeunes enfants qui devaient symboliser la réconciliation de Dieu avec Israël après le péché du veau d'or.

Mais la tâche la plus difficile à laquelle l'artiste dut faire face, fut la création du candélabre qui, d'après l'ordre donné à Moïse, devait porter la lumière perpétuelle du Sanctuaire.

Enfin, le Tabernacle fut édifié grâce à la générosité des enfants d'Israël, les matériaux offerts dépassèrent les besoins, à telle enseigne que Moïse se trouva dans l'obligation de demander au peuple de cesser les offrandes.

Peu de temps après, Moïse fit le compte de l'or, de l'argent, du cuivre, des pierres précieuses et des tissus qui avaient été offerts et des divers usages auxquels ils avaient servi. Il ne fait pas les compte tout seul, il chargea Itamar, le fils d'Aaron, d'en effectuer le contrôle et d'en publier les résultats.

Le Midrash Tan'houma demande : Pourquoi Moïse a-t-il établi un inventaire? Pourtant Dieu connaît son honnêteté et sa droiture, en parlant de lui il disait : "Moïse mon serviteur est le plus loyal de toute ma maison" (Nombres XII, 7)

En agissant ainsi, Moïse souhaitait être en règle avec Dieu et avec les hommes. C'est parce qu'il a entendu dans le peuple des railleurs se moquer derrière son dos, ainsi qu'il est écrit : "Et chaque fois que Moïse se retirait sous sa tente, tout le peuple se levait, chacun se tenait au seuil de sa propre tente et le suivait du regard jusqu'à ce qu'il fut arrivé à la tente" (Exode XXXIII, 8).

Au lieu d'être imprégnés du respect dû à la présence divine dans la tente de Moïse, certains individus en étaient à examiner de haut en bas l'état physique de Moïse et d'en tirer des conclusions désobligeantes et irrespectueuses (Torat 'Haïm). C'est en entendant ces murmures qu'il décida, une fois le Sanctuaire achevé, de rendre des comptes en leur disant : "voici les comptes du Tabernacles" (Exode XXXVIII, 21)

D'après le 'Hatam Sofer, Moïse a fourni en cette circonstance, par son attitude, une leçon de haute portée morale à tous les futurs administrateurs de Denier public.

En réalité, selon le code religieux, si quelqu'un, possédant la confiance générale, se trouvait désigné seul pour la gestion du Trésor Public, il ne serait nullement obligé de s'entourer de collaborateurs. Cependant, Moïse, désireux de donner en toutes circonstances le bon exemple, s'associa des contrôleurs afin de supprimer tout sentiment de culpabilité ou signe de mauvaise humeur chez ceux qui, à l'avenir, gérant la caisse d'une communauté, auraient à subir la présence de vérificateurs de comptes. Aussi le verset nous précise-t-il : "l'inventaire fut demandé sur l'ordre insistant de Moîse et fut exécuté par le contrôleur Itamar" (Midrash Raba).

Ainsi l'Homme ne doit pas se contenter d'être en règle avec son Créateur, il doit veiller comme Moïse, à être également au-dessus de tout soupçon aux yeux de ses semblables.

C'est alors que Moïse eut terminé ce décompte, que la nuée enveloppa la tente d'assignation et la Majesté de l'Eternel remplit le Tabernacle.
Temps de génération de la page : 0.531 secondes

Cliquez sur l'icône du Réseau Social avec lequel vous désirez vous connecter.

0.png0.png5.png8.png1.png4.png
Aujourd'hui76
Hier135
Cette semaine720
Ce mois503
Total5814

Merci pour vos dons

: